Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > USA : Les villes de l’état de New-York peuvent interdire la fracturation (...)

USA : Les villes de l’état de New-York peuvent interdire la fracturation hydraulique

mercredi 2 juillet 2014

USA : LES VILLES DE L’ÉTAT DE NEW-YORK PEUVENT INTERDIRE LA FRACTURATION HYDRAULIQUE

Article du New-York Times

Dans une décision lourde de conséquences pour l’avenir des forages de gaz naturel dans l’État de New York, la plus haute cour a statué lundi que les villes peuvent utiliser les ordonnances de zonage pour interdire la fracturation hydraulique, la méthode d’extraction controversée appelée fracking.

Depuis que la question s’est posée il y a environ six ans, il y a eu un moratoire sur la fracturation et le département de la Santé de l’Etat est en train d’étudier ses effets potentiels sur la santé.
Mais au cours des dernières années certaines villes, craignant que l’Etat permette éventuellement la pratique, ont pris les choses en main en interdisant la fracturation à l’intérieur de leurs frontières.

Parmi eux, deux villes - Dryden, dans le comté de Tompkins, et Middlefield, dans le comté d’Otsego - ont modifié leurs règlements de zonage en 2011 pour interdire la fracturation hydraulique, sur la base que cela menacerait la santé, l’environnement et le caractère des communautés.

Par la suite, une société d’énergie qui avait acquis les baux de pétrole et de gaz à Dryden avant les ordonnances de zonage de 2011, et une ferme laitière à Middlefield qui avaient loué des terres à une société de forage de gaz, ont déposé des plaintes en faisant valoir que le les lois de l’état sur l’huile et le gaz préemptaient les ordonnances de la ville.

Lundi, dans une décision de 5 à 2, la Cour d’appel de l’État a affirmé une décision d’un tribunal inférieur en rejetant cet argument, et a constaté que les villes avaient bel et bien le pouvoir d’interdire la fracturation par des règlements d’utilisation des terres.

De nombreuses municipalités à travers l’état ont interdit la fracturation hydraulique ou envisagent de le faire, et la tendance pourrait s’accélérer en raison de la décision de la cour.

Dans le processus de fracturation, un mélange d’eau et de produits chimiques est injectée dans le sol à haute pression pour briser les dépôts de schiste et libérer le gaz naturel. Les opposants craignent que les produits chimiques contaminent les eaux souterraines. Le gouverneur Andrew M. Cuomo a retardé la prise de décision d’autoriser ou non la fracturation comme il essaie d’équilibrer le potentiel de développement économique contre les préoccupations des défenseurs de l’environnement.

Les opposants à la fracturation ont immédiatement célébré la décision.

"Cela envoie un message à tous les foreurs de pétrole et de gaz qui lorgnent avec impatience nos frontières : Les habitants de New York ne seront pas écrasé," a déclaré dans un communiqué Kate Sinding, directeur du Community Fracking Defense Project aue Natural Resources Defense Council.

Le superviseur de la ville de Dryden, Mary Ann Sumne, a déclaré : « L’industrie du pétrole et du gaz a essayé de nous forcer à reculer, mais nous avons mené notre combat jusqu’au plus haut tribunal de New York." Elle a ajouté : « J’espère que notre victoire sera une source d’inspiration pour les gens de la Pennsylvanie, de l’Ohio, du Texas, du Colorado, du Nouveau Mexique, de Floride, de Caroline du Nord, de Californie et partout ailleurs aux États-Unis où des gens essaient aussi de faire ce qui est bon pour leurs propres communautés ".

Thomas S. West, un avocat de l’une des compagnies d’énergie, Norse Energy Corporation Etats-Unis, s’est dit déçu par la décision qui, selon lui, rend de plus en plus improbable l’investissement des entreprises de forage de gaz dans l’État de New York.

"L’industrie a déjà fui l’Etat en raison du moratoire de six ans", a déclaré M. West.
Dans l’avenir, a t-il dit, les entreprises devront peser le risque d’une interdiction municipale avant d’investir "des dizaines ou des centaines de millions de dollars nécessaires au développement de la ressource, pour être à risque."

Norse Energy Corporation se trouve dans le chapitre 7 de faillite.
"Ils sont en quelque sorte l’exemple de ce que le moratoire de six ans a fait pour les entreprises qui ont été trop lourdement investi à New York", a déclaré M. West.

Quant à l’avis de l’administration Cuomo de l’opportunité d’autoriser la fracturation, il semble n’y avoir aucune fin en vue.

Les entreprises de forage et les propriétaires fonciers qui espèrent louer leurs propriétés pour l’extraction de gaz naturel ont accusé M. Cuomo, un démocrate en course pour sa réélection en novembre, d’essayer de faire traîner le processus pour des raisons politiques. Les sondages ont constaté à plusieurs reprises que les électeurs sont partagés sur l’autorisation de la fracturation hydraulique. Une large bande de l’électorat pourrait être déçue quelle que soit la décision de l’administration Cuomo.

Le républicain Rob Astorino du Westchester County executive, challenger de M. Cuomo, a essayé d’attirer l’attention sur la question, faisant valoir que ce qu’il décrit comme la vacillation du gouverneur sur la fracturation coûte des emplois indispensables à l’état ​​et à l’activité économique.

L’achèvement prévu de l’enquête du ministère de la Santé a été repoussée et les autorités sanitaires de l’Etat ont insisté sur le secret le temps de la durée de l’étude.

Apparaissant aux côtés de M. Cuomo à la parade de la gay-pride à Manhattan dimanche, le commissaire à la santé de l’Etat par intérim, le Dr Howard Zucker A., a refusé de fournir une mise à jour sur l’étude de la santé. Prié de dire si l’étude sera achevée pour l’élection en novembre, le Dr Zucker a répondu : « J’aurais besoin d’examiner les données avant que de pouvoir répondre."
Correction : 30 Juin, 2014

Lire l’article www.nytimes.com

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes