Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique et écologique.

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Texas : "Les tests qui prouvent la contamination de l’eau par la (...)

Texas : "Les tests qui prouvent la contamination de l’eau par la fracturation hydraulique"

vendredi 6 juin 2014

TEXAS : "LES TESTS QUI PROUVENT LA CONTAMINATION DE L’EAU PAR LA FRACTURATION HYDRAULIQUE"

C’est ce que révèle la chaine de TV américaine News 8 dans un reportage diffusé le 5 Juin 2014.

Depuis deux ans, la chaine de télévision américaine News 8 a diffusé des reportages au sujet de l’eau qui s’enflammait, une eau puisée dans des puits du county de Parker. Une eau qui s’enflamme à cause de dangereux niveaux de méthane.

Alors que les producteurs de gaz de schiste du gisement de Barnett (un des plus grands gisement de gaz de schiste des États-Unis) nient tout lien de causalité entre cette pollution et leurs activités, deux scientifiques les contestent et affirment que les tests publiés par l’autorité locale de réglementation fournissent des preuves concrètes liant la fracturation hydraulique à la contamination des eaux souterraines. Ce qui suit est un résumé en français de ce reportage.

Steve Lipsky habitant du comté de Parker a commencé à remarquer ça en 2010. L’eau de son puits était de plus en plus polluée par le méthane. Tant et si bien que dès qu’il ventilait son puits celui-ci produisait des jets de gaz. Il peut en faire la démonstration en enflammant l’évent de son puits. Aujourd’hui la contamination est telle que même l’eau de son puits s’enflamme.

L’été dernier, M. Lipsky a porté plainte auprès de l’autorité en charge du pétrole et du gaz de l’État du ​​Texas. Des agents sont sortis et ont effectué des tests ; pas seulement pour mesurer la quantité de gaz dans son puits, mais pour déterminer précisément d’où provenait ce gaz. Ces tests ont été effectués et la semaine dernière, l’autorité d’État a publié ses conclusions officielles. (Rapport en anglais disponible ici)

Le rapport indique que les niveaux de concentration de méthane dans l’eau de monsieur Lipsky sont relativement élevés. Il dit également que la composition chimique de méthane ne permet pas de conclure à une source spécifique du gaz qui s’échappe du puits.

Plus précisément, les tests effectués par l’État révèlent que l’eau de monsieur Lipsky contenait 8,6 milligrammes par litre de méthane, un peu en dessous de la limite de 10 tolérée par gouvernement fédéral.
Mais les tests effectués récemment par Zac Hildebrand, scientifique de l’Université du Texas à Arlington, indiquaient 83 milligrammes par litre. Le scientifique indique que c’est le plus haut niveau de contamination au méthane qu’il n’ait jamais vu. Et d’ajouter : "Ce que nous pouvons dire maintenant, c’est que c’est dangereux, c’est un niveau dangereux".

Dans un e-mail adressé à News 8 le 8 Février dernier, la porte-parole de la Commission de régulation de l’État Stacie Fowler indiquait "la Commission est consciente des niveaux de concentration de méthane élevés." Elle ajoutait que l’échantillonnage et le résultat des tests se concentraient sur la source du méthane et non sur la concentration du gaz.

Pour monsieur Lipsky, la Commission savait que ses tests de concentration étaient inexacts. "Pour une raison quelconque, ils ne veulent pas reconnaître les niveaux les niveaux de concentration de gaz chez moi ".

Quoi de plus : Thyne et Payne estiment tous les deux que ces résultats de tests pourraient constituer la première preuve aux États-Unis du lien existant en la fracturation hydraulique et contamination de l’aquifère. Et Thyne de déclarer "Et ce que nous avons ici semble bien être le premier exemple que ce qui se passe en réalité".

Lire la suite de l’article sur stopgazdeschiste.org


DU GAZ DE PSCHITT EN CALIFORNIE ?

Très légère révision de l’Energy Administration Information (EAI), l’agence de l’énergie des USA a revu à la baisse son estimation des réserves au sujet des gigantesques gisements de pétrole de schiste de Monterey, en Californie.

Les réserves estimées extractibles avec les technologies actuelles sont passées de 13.7 Milliards de barils en 2012 à 600 millions aujourd’hui, soit une légère baisse de 96% !!!

L’espoir de réation d’emplois et de recettes fiscales se réduit comme peau de chagrin.

Après la déconvenue Polonaise voici encore un projet mal engagé mais l’objectif réel du gaz ou pétrole de schiste ne serait-il pas simplement celui de la spéculation ?
Sources : http://www.dedefensa.org/article-le_miracle_du_schiste_devenu_mirage_23_05_2014.html

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes