Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique et écologique.

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Irlande et Ecosse s’opposent au fracking

Irlande et Ecosse s’opposent au fracking

mercredi 8 mars 2017

LES CELTES S’OPPOSENT À LA FRACTURATION
TANDIS QUE LES NAVIRES DU DRAGON
APPORTENT LE GAZ DE FRACKING DES USA.

Lors d’un vote historique au début de cette année, l’Irlande a opté pour une loi qui fera de l’île verte le premier pays du monde à se débarrasser complètement des combustibles fossiles. Cela va même plus loin que la décision prise par le Parlement norvégien en 2015 de céder le fonds souverain du pays à des dizaines d’investissements liés au charbon.

Et ce n’est pas le seul mouvement clair du Tigre celtique vers un futur post-fossile très nécessaire. Le 27 octobre, un projet de loi appelant à une interdiction de fracking a franchi son premier obstacle à la Chambre des représentants irlandaise (Dáil Éireann). Entre-temps, les responsables irlandais ont également décidé d’entreprendre une consultation publique sur les dispositions de ce projet de loi, en collaboration avec le programme commun de recherche sur les impacts des fractures hydrauliques sur l’environnement et la santé humaine, dirigé par l’Agence irlandaise pour la protection de l’environnement.

En plus de cela, l’Irlande du Nord a opté pour la planification de la législation pour mettre un terme au fracking. Selon l’Énoncé de politique stratégique en matière de planification stratégique, « en ce qui concerne l’extraction non conventionnelle d’hydrocarbures, il devrait y avoir une présomption contre leur exploitation jusqu’à ce qu’il y ait des preuves suffisantes et solides de tous les impacts environnementaux ». Des preuves des impacts négatifs de la fracking sur l’environnement, la santé publique et le climat, seule une interdiction claire et permanente du fracking assurera la protection des populations et des paysages magnifiques de l’Irlande du Nord.

Dans le même temps, les Écossais se déplacent également - espérons - vers une interdiction permanente de fracking. En 2016, le Parlement écossais a voté étroitement en faveur d’une interdiction. En ce qui concerne les preuves de plus en plus évidentes des effets négatifs, la décision du Parlement écossais n’a rien d’autre qu’un vote de suivi consécutif sur le moratoire annoncé de janvier 2015. Bien que le vote du parlement n’ait pas force obligatoire, le gouvernement ressent la nécessité d’agir : En janvier 2017, le gouvernement écossais a entamé une consultation de quatre mois sur "l’avenir du pétrole et du gaz non conventionnels en Ecosse". C’est une étape cruciale dans notre combat pour interdire le fracking partout dans le monde. Nous pouvons tous aider et soutenir la campagne des Amis de la Terre en Écosse en prenant des mesures et en disant au gouvernement pourquoi le fracking ne devrait jamais être autorisé en Écosse.

Les navires "du Dragon" apportent le GNL des USA

Mais tandis que les nations celtes sont à juste titre et, par conséquent, en train d’aller de l’avant dans leurs tentatives de mettre fin à ce débat absurde sur le fait de savoir si le fracking sert à quelqu’un d’autre que les frackers eux-mêmes, leurs soi-disant « navires du Dragon » chargé d’hydrocarbures issus de fracturation continuent de pénétrer régulièrement les côtes écossaises .

INEOS, une société chimique encore partiellement basée dans le paradis fiscal de la Suisse montagneuse, a commencé en septembre 2016 à expédier du gaz naturel liquéfié (GNL) fracturé du terminal Marcus Hook de la Pennsylvanie à l’usine pétrochimique de Grangemouth en Écosse. Le principal actionnaire d’INEOS, le milliardaire Jim Ratcliffe, n’est pas seulement fier d’avoir mis le syndicat Unite à genoux sur les réductions de pension et de paiement à son auto-proclamé « Battle for Grangemouth », mais il a été un lobbbyist majeur pour fracking et le gaz de schiste au Royaume-Uni et au-delà. Traversant l’Atlantique avec les slogans « Shale Gas for Europe » sur les navires dragons chinois, INEOS semble ne pas se soucier des impacts négatifs sur les populations et l’environnement en Pennsylvannie, où la fièvre du fracking pour les navires dragon et autres fait rages.

Le débat de ces dernières années sur le fracking européen a été conduit avec l’argument absurde que nous avons besoin du fracking pour des « citoyens européens libres » de leur dépendance au gaz russe. Maintenant vient en jeu le INEOS "fracking fun factor" : La réalisation que les hydrocarbures fracturés des États-Unis sont expédiés à travers l’Atlantique afin de les utiliser pour la pétrochimie et les plastiques.

Food & Water Watch - notre ONG mère - a récemment découvert en détail comment la fracking soutient l’industrie du plastique, qui a récolté les avantages de la destruction écologique. Malheureusement, comme nous le savons tous, la production de matières plastiques est intrinsèquement un gaspillage - et une grande partie de ces déchets se retrouve dans nos océans et les eaux de surface. Une étude de 2015 a estimé que près de 200 pays côtiers ont généré plus de 600 milliards de livres de déchets plastiques en 2010 - et entre 11 et 27 milliards de livres de cela a fini dans les océans.

Pas étonnant qu’une enquête récente ait découvert que le plastique - principalement sous la forme de petites boulettes appelées nurdles - soit trouvés jonchant 73 pour cent des 279 rives du Royaume-Uni. Selon l’œuvre de bienfaisance environnementale Fidra et son projet Great Nurdle Hunt, "les belles côtes d’Ecosse et le délicat environnement marin qui l’entoure sont gravement menacés par la litière plastique". Il n’est pas non plus étonnant que la carte Great Nurdle Hunt montre que l’unique Forth of Firth, où se trouve l’usine pétrochimique de Grangemouth, est menacée par les plastiques et les toxines. En outre, les scientifiques ont également constaté qu’environ 15 pour cent des macareux, oiseaux en danger qui sont des trésors naturels de l’Écosse, ont du plastique dans leur estomac.

Il est temps d’arrêter cette absurdité une fois pour toutes. Nous n’avons pas besoin de plus de matières plastiques, de produits pétrochimiques ou d’hydrocarbures issus de la fracturation. Nous avons besoin d’air frais, d’eau potable claire et d’un environnement intact.

Une interdiction de fracking en Irlande et en Ecosse semble un pas très rationnel dans la bonne direction - beaucoup plus rationnelle que l’expédition des hydrocarbures issus de la fracturation sur l’Atlantique pour produire du plastique qui va finalement transformer le même océan peu à peu en un cloaque.

Je parie que les vieux Celtes nous auraient dit la même chose.

Lire l’article en anglais de Andy Gheorghiu sur Food and Water Europe.org

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes