Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Fin 2017, après 7 années de lutte, sont enfin abrogés les permis Gard-Ardèche dits du Bassin d’Alès, de la Plaine d’Alès et de Navacelles : L’actualité juridique et administrative des permis

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Une société britannique de fracking envisage de déverser les eaux usées dans (...)

Une société britannique de fracking envisage de déverser les eaux usées dans la mer

samedi 18 juin 2016

UNE SOCIÉTÉ BRITANNIQUE DE FRACKING ENVISAGE DE DÉVERSER LES EAUX USÉES DANS LA MER

Les courriels de la société Inéos montrent qu’elle envisage le déversement d’eaux usées provenant de la fracturation hydraulique dans la mer.

Ineos, propriétaire de la raffinerie de Grangemouth et détient 21 licences de schiste, essentiellemet dans le nord-ouest, North Yorkshire et les Midlands-Est, a dit qu’elle veut devenir le plus grand acteur dans l’industrie naissante du gaz de schiste au Royaume-Uni.

Dans un courriel envoyé en mars à un résident dans le district Ryedale, North Yorkshire, où les conseillers ont donné en mai le feu vert au fracking par une autre société, un cadre supérieur a déclaré que l’eau produite lors de la fracturation hydraulique pourrait être déchargé dans la mer après avoir été traité. Il n’a pas dit où l’eau traitée serait libérée.

"Nous allons capturer et contenir ce flux de retour de fracking, le traiter de nouveau aux normes convenues ... avec l’Agence de l’environnement et, lorsque cela est autorisé, le décharger le plus probablement dans la mer », écrit Tom Pickering, directeur pour Ineos Shale, répondant aux préoccupations sur l’endroit où une telle « flowback " se ferait.

Les militants et les écologistes vivant à proximité des sites potentiels ont mis en évidence les impacts environnementaux potentiels de la fracturation hydraulique, comme la contamination des réserves d’eau, des tremblements mineurs et la pollution atmosphérique locale. Mais la question de savoir où les énormes quantités d’eaux usées résultant seront disposées a reçu moins d’attention.

Les entreprises de gaz de schiste pompent de l’eau, des produits chimiques et du sable à haute pression souterraine pour fracturer la roche de schiste et libérer le gaz à l’intérieur, mais chaque puits peut utiliser jusqu’à 6m gallons d’eau. Entre 20 et 40% des flux de retour à la surface, contenant des sels, des produits chimiques et de matières radioactives naturelles qui l’Agence de l’environnement (EA) dit est susceptible d’être classé comme déchet radioactif.

En vertu des règlements d’évaluation environnementale, l’eau doit être traitée sur place ou ailleurs dans une installation de traitement désigné, avant qu’un permis ne soit délivré pour la décharger. Ineos et le corps de commerce de l’industrie ont dit que toutes les eaux usées de fracturation hydraulique seraient traitée avant d’être éliminés.

Mark Ellis-Jones, directeur du programme de pétrole et de gaz à terre à l’EA projet, a déclaré en avril à un groupe parlementaire inter-partis : "Nous sommes convaincus que tous les déchets qui découlent du fracking seront gérées suffisamment et convenablement par nos permis environnementaux. "

Cependant, certains experts britanniques sont très préoccupés du le traitement des eaux usées de fracking.

Un rapport sur les impacts environnementaux de la technique par le Conseil de recherche sur l’environnement naturel l’an dernier a averti que : « Une grande incertitude, compte tenu de l’immaturité du développement pétrolier et gazier non conventionnel [ie schiste fracking de gaz] au Royaume-Uni, est de savoir comment les eaux usées seront produites et quels seront les mécanismes réglementaires et les techniques pour les traiter ou les réutiliser ".

Il a ajouté : « L’une des préoccupations les plus importantes pour le développement des ressources non conventionnelles est la gestion appropriée des flowback (fluxde retour) et de l’eau produite."

En Mars, l’Institution Chartered de l’eau et gestion de l’environnement, qui représente les professionnels de l’eau, a déclaré dans une réponse de consultation à l’EA que « nous sommes préoccupés par la capacité de traiter le fluide de reflux à l’heure actuelle".

Il a noté : « Les technologies de traitement avancées peuvent ne pas être en mesure de traiter les niveaux de solides dissous dans l’eau produite qui limiterait la capacité de traiter l’eau produite sur place. La dilution dans une usine de traitement peut être en mesure de réduire la salinité, mais elle peut ne pas être appropriée pour diluer au niveau requis pour diluer les radionucléides présents à des niveaux réglementaires. "

Il y a deux ans, l’entreprise de schiste Cuadrilla a retiré une demande de permis de fracking dans le Lancashire après que l’EA a durci les règles sur l’élimination sans danger. Le changement est venu après que 2m gallons d’eaux usées avaient déjà été rejetées dans le canal maritime de Manchester.

Le Dr Paul Johnston, de l’Unité de la science Greenpeace a fait valoir que la décharge « d’énormes quantités d’eau chargées en métaux et de la radioactivité et des constituants chimiques » en « milieux marins sensibles" est "un pas en arrière en matière de protection de l’environnement".

Mais l’industrie dit que l’eau pourrait être traités et éliminés en toute sécurité.

Ineos ne possède pas directement des plans pour l’immersion dans la mer, mais un porte-parole a déclaré : « Les eaux usées d’Ineos seront enfermées dans des réservoirs à double peau de stockage avant d’être recyclées. Un permis d’environnement de l’Agence de l’environnement ... sera nécessaire lorsque nous aurons besoin de disposer d’une autorisation de traitement d’eau selon un plan de gestion des déchets convenu. Nous utiliserons des entreprises agréées de traitement des eaux pour traiter nos eaux usées ".

Un porte-parole d’UK Onshore Oil and Gas, qui représente l’industrie du schiste, a déclaré : « Lors de la plase d’exploration, les opérateurs vont envoyer tout les fluide de refux dans des installations de traitement pour l’élimination sans danger autorisées par l’Agence de l’environnement ... Lorsque l’industrie déutera la production commerciale, elle voudra recycler les fluides de refux et lee réutiliser pour la prochaine étape de l’opération ".

Lire l’article sur The Gardian

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes