Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Fin 2017, après 7 années de lutte, sont enfin abrogés les permis Gard-Ardèche dits du Bassin d’Alès, de la Plaine d’Alès et de Navacelles : L’actualité juridique et administrative des permis

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Les ’kayak-tivists’ de Seattle engagent la bataille contre Shell

Les ’kayak-tivists’ de Seattle engagent la bataille contre Shell

lundi 18 mai 2015

LES ’KAYAK-TIVISTS’ DE SEATTLE
ENGAGENT LA BATAILLE CONTRE SHELL
SUR LE FORAGE DE PÉTROLE DE L’ARCTIQUE

Des centaines de manifestants issus du "milieu de l’eau" ont agité leurs pagaies dans le port de la ville face à une plate-forme pétrolière géante qui, disent-ils, va entraîner un désastre écologique et aggraver le changement climatique.

À Seattle, des centaines de kayakistes se préparaient à aller "secouer leurs pagaies" en signe de protestation à une plate-forme pétrolière Royal Dutch Shell nouvellement arrivée. Des centaines - voire de milliers - d’opposants étaient attendus sur la terre ferme.

Les kayakistes, ou "kayaktivists", comme ils se sont rebaptisés, plongeront leurs avirons dans le port de Seattle pour protester contre le forage et l’exploration pétrolière dans l’Arctique - et feront fave la plate-forme géante, Polar Pioneer, destinée à travailler pour le géant pétrolier Shell à partir de cet été.

« Nous ici, à Seattle ne voulons pas de Shell dans notre port. Nous voulons qu’ils s’en aillent et changent leur entreprise avant de changer notre planète et de détruirent la vie des générations futures », a déclaré Annette Klapstein, un avocat à la retraite membre du groupe d’activistes les Raging Grannies.

Lundi, l’administration Obama a effectivement donné le feu vert à Shell pour redémarrer ses opérations de forage et d’exploration de l’Arctique avec un agrément délivré par le Bureau de gestion de l’énergie de l’océan, un organisme de réglementation gouvernementale.

Shell a été contraint de stopper son exploration de l’Arctique en 2012 suite à une série de graves incidents de sécurité.

Les groupes environnementaux et les scientifiques ont mal réagi aux nouvelles de lundi, avertissant que permettre à nouveau à Shell l’exploration et le forage dans l’Arctique était susceptible de provoquer une catastrophe écologique et de contribuer au changement climatique.

Selon une étude du gouvernement américain de cette année, les chances d’un déversement d’hydrocarbures à la suite du forage dans l’Arctique au cours des 77 prochaines années sont de 75%.
Ces chiffres sont bien connus de membres de la communauté et des militants à Seattle.

Pour Klapstein, l’analogie correcte est celle d’un accident d’avion.
"Pouvez-vous imaginer que l’on vous dise de monter dans un avion qui a 75% de chance d’écraser ?"
Klapstein sera sur l’eau le samedi avec son compatriote plus-50 militants - dont une femme qui est âgé de 92 ans déterminée à participer (même sur un petit bateau, pas un kayak), dit-elle.

Organiser l’épreuve de kayak de samedi est le signe d’une communauté de plus en plus soucieuse de l’environnement à Seattle - une ville déjà connue pour son caractère progressif.

Cassady Sharp, un responsable des médias avec Greenpeace, qui a été sur le terrain à Seattle depuis le début de l’année, dit que des formations de sécurité en kayak ont ​​été organisées deux fois par semaine ces deux derniers mois avec une douzaine de personnes à chaque fois.
Greenpeace, a lui seul, a inscrit 500 personnes désireuse de participer à l’action, dit-elle, sans compter avec les campagnes d’inscription des organisations locales.

John Sellers, un des organisateur, enseignement à domicile, est confiant. L’organisation aidera à obtenir de Shell sa sortie de Seattle. John Sellers a déjà organisé par le passé et avec succès une action contre un important groupe minier avec un groupe d’amis kayaktiviste à Vashon Island, Washington, où il vit avec sa famille.
"C’est est une tactique parfaite sur l’eau," a déclaré John Sellers des efforts citoyens au niveau local pour effrayer Shell.
« Cela rend les gens heureux et les excite de voir un grand essaim de kayaks."
Un père de famille dit que ses enfants témoins de la plate-forme pétrolière tirée dans le port de Seattle jeudi l’ont trouvé à la fois "sinistre" et "effrayante".

John Sellers a également recueilli des dizaines de milliers de dollars ces derniers mois pour transformer une ancienne péniche industrielle en une "plate-forme solaire et éolienne".
Il a expliqué que 9000 watts d’énergie seraient générés samedi grâce à des panneaux solaires, et 3000 watts d’énergie par un générateur de vent.
« Le pétrole de Shell est l’énergie du passé, et nous sommes l’énergie propre de l’avenir", a t-il dit.
La barge projetera samedi des films et des images sur un grand projecteur et restera sur place jusqu’à ce que Shell quitte le port définitivement, at-il dit.

Mais les habitants de Seattle ne protestent pas seulement contre le changement climatique et le forage de l’Arctique. Ils protestent également contre le symbole d’accueillir l’équipement de forage de Shell - qui les obligent à participer au système mondial sale de l’extraction de combustibles fossiles et de son commerce.
Le maire de Seattle, Ed Murray, s’oppose ouvertement à la présence de Shell dans le port, et a annoncé la semaine dernière que le port n’avait pas le bon type de permis pour accueillir l’équipement de Shell.

Shell a demandé de retarder l’action jusqu’à ce que les préoccupations bureaucratiques soient réglées, mais il a ignoré ces demandes et la plate-forme sera déplacé jeudi selon le calendrier prévu.
En conséquence, Shell est maintenant face à des amendes de quelques centaines de dollars par jour - une goutte dans l’océan pour une entreprise qui a déjà dépensé 6 milliards de dollars sur l’exploration de l’Arctique.

Pourtant, John Sellers n’est pas intimidés. “Small boats have been standing up to big boats for a long time,” dit-il. Et parfois, espèrent les militants, ils gagnent.

Sources :
http://www.theguardian.com/us-news/2015/may/15/seattle-kayak-tivists-shell-arctic-oil-drilling

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes