Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique et écologique.

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > Changement climatique : nos infrastructures vitales de plus en plus (...)

Changement climatique : nos infrastructures vitales de plus en plus vulnérables

mercredi 23 avril 2014

CHANGEMENT CLIMATIQUE : NOS INFRASTRUCTURES VITALES DE PLUS EN PLUS VULNÉRABLES

Valéry Laramée de Tannenberg

Les changements climatiques n’affecteront pas que les pays du Sud. Nos grands réseaux d’énergie, d’eau ou de transport apparaissent de plus en plus vulnérables à la montée des eaux, aux températures extrêmes ou aux chutes de neige. Sans que cela n’inquiète beaucoup les opérateurs ou les services de l’Etat.

Dans son second tome, le dernier rapport du Giec[1] pointe la vulnérabilité de nos infrastructures aux conséquences des changements climatiques. Les routes côtières, les villes du littoral et les ports peuvent être submergés par l’élévation du niveau de la mer. Les réseaux électriques aériens sont susceptibles d’être couchés par des événements météo extrêmes. Les inondations menacent un peu partout les routes et les voies de chemin de fer. Les réseaux souterrains de gaz, d’eau ou d’électricité sont la proie des glissements de terrain. Bref, nos infrastructures sont vulnérables. Reste à savoir si les autorités et les gestionnaires desdits réseaux en sont conscients.

Outre-Manche, le sujet est sur la table depuis des décennies. Pour protéger le Grand Londres de la montée des eaux de la Tamise et de marées de plus en plus fortes, le Royaume-Uni a construit la grande barrière. Inauguré en 1983, ce barrage connaît une activité grandissante. Conçues pour éviter l’inondation de l’agglomération londonienne en cas de crue centennale, les 8 portes ont été fermées 4 fois dans les années 1980, 35 fois la décennie suivante, et à 75 reprises durant la première décade du siècle. Mais entre les seuls mois de décembre et de mars derniers, les pans d’acier de la Thames Barrier ont été actionnés 50 fois, s’alarme Pete Fox, le patron de l’agence de l’environnement britannique (AE). Selon les projections des climatologues, le niveau moyen de la Tamise à Londres devrait s’élever de 36 centimètres d’ici 2080. Aucune protection actuelle ne suffira.

- Pas d’eau, pas d’énergie
- La mer grignote le centre de stockage
- Une ligne touchée par le feu, une région dans le noir
- Les composants électroniques affectés

Lire la suite de l’article de Valéry Laramée de Tannenberg sur Le Journal de l’Environnement.net

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes