Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.

Accueil > Boite à outils "Transition Énergétique" > Transition énergétique : les ONG présentent leur "vrai projet de (...)

Transition énergétique : les ONG présentent leur "vrai projet de loi"

jeudi 27 février 2014

TRANSITION ÉNERGÉTIQUE : LES ONG PRÉSENTENT LEUR "VRAI PROJET DE LOI"

Article de Philippe Collet sur Actu-Environnement.com

Face aux atermoiements du gouvernement, neuf ONG, ont présenté "le vrai projet de loi de programmation pour la transition énergétique". Ce texte, construit autour de mesures consensuelles, servira à évaluer l’ambition du futur projet gouvernemental.

Ce mercredi 26 février, neuf associations écologistes ont présenté leur "vrai projet de loi de programmation pour la transition énergétique". Ce texte, "reprend 80% des mesures consensuelles du débat national sur la transition énergétique (DNTE), et non pas la position de base des associations", explique Anne Bringault, coordinatrice sur la transition énergétique pour les ONG, qui s’interroge sur le retard pris : "est-ce-que la transition énergétique, ça commence à bien faire ?".

Les ONG mettent sur la table ce projet de loi dans un contexte particulier. En effet, hier soir, les sénateurs ont adopté une résolution centrée sur le prolongement de la durée de vie des réacteurs français et leur remplacement progressif par des EPR. Par ailleurs, demain doit se tenir une réunion de la commission spéciale du Conseil national pour la transition écologique (CNTE) après l’annulation de la précédente, début février. Une réunion dont les associations n’attendent rien, le ministère leur ayant indiqué qu’aucun élément rédigé ne leur sera présenté.

Mépris et reculs

En préambule, Malika Peyrault, des Amis de la Terre, a dénoncé le "mépris" du gouvernement vis-à-vis des aspirations des citoyens et de la société civile. Elle critique le retard pris dans la rédaction du projet de loi, l’absence de pilotage politique, la rédaction du texte ayant été confiée à la Direction générale général de l’énergie et du climat (DGEC) du ministère de l’Ecologie, ainsi que l’insertion d’éléments hors débat sur le transition énergétique, et en particulier des dispositions relatives à l’enfouissement des déchets nucléaires.

Quant au Réseau Sortir du nucléaire (RSN), il pointe les "reculs" sur le nucléaire et notamment concernant la fermeture de la centrale de Fessenheim et la réduction à 50%, d’ici 2025, de la part du nucléaire dans la production électrique française. On se dirige "vers un scénario Proglio", déplore Charlotte Migeon, c’est-à-dire un maintien de la puissance actuelle de production du parc nucléaire français associé à un développement des renouvelables pour réduire la part relative du nucléaire dans la production électrique. Et de qualifier d’"inacceptables, la logique de rentabilité à court terme d’EDF".

.........
...........

Des mesures à court terme pour préparer le long terme

Du côté des propositions, les associations ont insisté sur les éléments les plus structurants de leur projet de loi. En premier lieu, le document se base sur une perspective de long terme articulée autours de trois enjeux : l’atteinte du facteur 4, c’est-à-dire la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’horizon 2050 par rapport à 1990, la réduction à 50% de la part du nucléaire et l’objectif de voir l’ensemble du parc immobilier français atteindre un niveau de performance énergétique bâtiment basse consommation (BBC) d’ici 2050. Lors du DNTE, "les ONG ont gagné le débat sur le long terme et le Medef celui sur le court terme, c’est-à-dire celui sur les mesures concrètes", analyse Maryse Arditi qui estime qu’au-delà des trois grands objectifs fixés par les ONG se pose la question de savoir comment les mettre en œuvre dès maintenant.

Concrètement, les ONG souhaitent tout d’abord que le projet de loi fixe un cap en matière d’énergies renouvelables. A ce sujet, Raphaël Claustre du Cler déplore le "rôle ambigüe" joué par la France au niveau européen. Si la France a défendu un objectif renouvelable pour 2030, elle s’est opposée à ce qu’il soit décliné au niveau des Etats membres. De même, il regrette que soit étudié, en France comme en Europe, l’abandon des tarifs d’achats, alors même que ces tarifs "sont la solution la moins chère et la plus démocratique". S’agissant des expérimentations locales, le représentant du Cler souhaite surtout que "le cadre règlementaire soit simplifié pour les massifier".

Lire la totalité de l’article de Philippe Collet sur Actu-Environnement.com

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes