Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Fin 2017, après 7 années de lutte, sont enfin abrogés les permis Gard-Ardèche dits du Bassin d’Alès, de la Plaine d’Alès et de Navacelles : L’actualité juridique et administrative des permis

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > Le gaz de schiste : une bulle spéculative

Le gaz de schiste : une bulle spéculative

lundi 8 août 2011

Des courriels échangés par des spécialistes et révélés par le New York Times suggèrent 
que la productivité de cet hydrocarbure non conventionnel est délibérément exagérée.

Et si, en plus du reste, le gaz de schiste comptait au rang des investissements tout pourris ? La question se pose depuis que, la semaine dernière, le New York Times a révélé des échanges entre spécialistes de l’exploitation gazière, suggérant que le potentiel accordé à cet hydrocarbure non conventionnel est délibérément exagéré. Selon des centaines de courriels et de documents collectés par le journaliste Ian Urbina et mis en ligne sur le site du quotidien américain (1), l’exploitation du gaz de schiste ne serait pas aussi bon marché que prétendu officiellement.

Au reste, la productivité des puits et la taille des réserves seraient intentionnellement – et donc illégalement – surestimées par les producteurs afin d’attirer les investisseurs.

In fine, des écrits émanant de géologues d’État, d’avocats d’affaires, d’analystes économiques ou encore de responsables industriels alertent sur une spéculation aveugle autour du gaz de schiste qui pourrait déboucher sur une bulle, semblable à la bulle Internet, voire à celle qui a coulé Enron. En 2001, l’entreprise de courtage texane avait sombré après avoir maquillé des pertes sur le marché de l’électricité dues à des opérations spéculatives.

Certains messages soufflent que l’on frise le même type d’«  incident  ». «  L’argent (des investisseurs) coule à flots  », alors que les gaz de schiste «  sont intrinsèquement non rentables  », écrivait, en février, un analyste du groupe d’investissement PNC Wealth Management. Et d’ajouter : «  Rappelez-vous (ce qui s’est passé) avec les .com (Internet).  » Le même mois, un géologue retraité d’une major pétrolière alertait pareillement. «  Ces entreprises sont dans une situation “à la Enron” (…). Elles masquent la lumière pour taire la vérité.  » Le scepticisme s’entendrait au sein même des industries. D’après un pétrogéologue de Houston, les plus gros industriels américains surestimeraient de 73 à 350 % le montant des réserves exploitables au Texas. Un autre, salarié de la société Chesapeake, leader sur le marché, écrit : «  Nos ingénieurs projettent que ces puits produiront pendant vingt-trente ans, mais il reste à prouver que c’est viable. (...) En fait, je suis assez sceptique, au vu du déclin de la production dès la première année (d’exploitation).  »

Une chose que les industriels se gardent bien d’avancer, souligne Ian Urbina, qui rappelle les récents messages assurant un futur prometteur à l’exploitation de gaz de schiste et draguant les investisseurs. Pourtant «  il est plus rentable de spéculer sur les titres des concessions que de creuser des puits d’extraction  », admet en off le directeur exécutif de Chesapeake dans un courrier daté de 2008. En 2009, un analyste d’IHS, entreprise de conseil en investissement dans l’énergie, résumait les choses ainsi : «  Ce qui s’entend, c’est que le business des gaz de schiste n’est qu’une chaîne de Ponzi géante.  » Autrement dit un système qui n’a d’autre valeur que l’argent insufflé par les investisseurs.

L’accusation n’est pas la première du genre. En février, le numéro deux du géant gazier russe Gazprom, Alexandre Medvedev, comparait lui aussi l’explosion, ces dix dernières années, de la production du gaz de schistes aux États-Unis à la bulle Internet. Mais il s’agissait d’un représentant de la Russie, premier concurrent des États-Unis sur ce marché. Cette fois, les suspicions ne peuvent être qualifiées de géostratégiques. L’impact de leur révélation s’est d’ailleurs déjà fait sentir, relève le journaliste Matthieu Auzanneau sur son blog (2) : la semaine dernière, le cours des actions de plusieurs producteurs de gaz avait commencé à chuter.

 

Marché du gaz : le schiste risque de faire des bulles
- Article lu sur l’Humanité.fr

Déjà des articles de notre "Revue de Presse" du 28 juin 2011 faisaient état de cette bulle spéculative :
- Lire l’article sur Slate.fr
- Lire l’article sur Le Devoir.com
- Lire l’article sur Le Monde.fr

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes