Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Fin 2017, après 7 années de lutte, sont enfin abrogés les permis Gard-Ardèche dits du Bassin d’Alès, de la Plaine d’Alès et de Navacelles : L’actualité juridique et administrative des permis

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > USA : on a tiré le rideau sur les problèmes de santé

USA : on a tiré le rideau sur les problèmes de santé

samedi 18 juillet 2015

Silence sur les problèmes de santé dus au fracking en Pennsylvanie

DES DOCUMENTS CHOQUANTS RÉVÈLENT QUE L’ON A TIRÉ LE RIDEAU SUR DES SIGNALEMENTS DE PROBLÈMES DE SANTÉ DUS AU FRACKING EN PENNSYLVANIE

L’ONG Food & Water Watch a déposé une requête au bureau du Ministre de la Justice de l’état de Pennsylvanie dans le cadre de la loi sur la liberté de l’information.
En juillet dernier, le Ministre de la Justice a déclaré aux habitants qui téléphonaient pour se plaindre de la suite donnée à leurs signalements par le Département de la santé ( DOH ) que le bureau lancerait une enquête officielle. Mais depuis, aucune indication d’une quelconque enquête sérieuse n’est apparue. Food & Water a déposé cette requête pour découvrir ce qui a été fait – ou pas –par le bureau du Ministère de la Justice pour diligenter l’enquête promise. )

La Pennsylvanie, où l’industrie du fracking est très active, est un champ de bataille dans la lutte pour protéger les familles impactées des effets nocifs de cette méthode de forage dangereuse.
La semaine dernière après des mois passés à résister à nos efforts, l’état a finalement remis à Food & Water Watch plus de 100 pages de documents grâce à une requête dans le cadre de la loi sur la liberté de l’information.
Et ce que nous avons reçu nous a choqués. Les documents montraient clairement que le département de la santé de la Pennsylvanie a fait preuve, régulièrement, d’une négligence et d’une incompétence alarmantes dans ses réactions à des dizaines de signalements de problèmes de santé liés au fracking faits par des habitants de l’état.

C’est en juillet 2014 que le pot aux roses a été découvert, quand un rapport de « State Impact Pennsylvania » a révélé que l’on avait donné l’ordre aux employés du service de la santé de ne pas réagir aux signalements de problèmes de santé liés au fracking.
D’après deux anciens employés du DOH le département a adopté une politique visant à empêcher les travailleurs sociaux de s’occuper de plaintes formulées par des habitants concernant les forages pour le gaz naturel et les impacts sanitaires liés au fracking. D’après ces employés retraités, les employés ont reçu la consigne explicite de ne pas discuter avec des habitants qui téléphonaient pour signaler des problèmes de santé en utilisant des « buzz words » ( mots déclencheurs ) . L’un d’entre eux a déclaré : » Nous n’avions absolument pas le droit de leur parler. » L’autre a laissé entendre que : « je ne vois pas d’autre sujet à propos duquel on nous avait ordonné de ne rien dire. »

En juillet, 2014, Food & Watch a poursuivi son action en déposant auprès du département de la santé de la Pennsylvanie une requête ,dans le cadre de la loi sur la liberté de l’information, que l’on recherche dans les archives des plaintes reçues par l ‘agence et les mesures prises par celle-ci. Mais il était évident que le DOH ne voulait pas nous remettre ces documents et ce n’est que quand le Office of Open Records ( « Bureau des archives déclassifiées ») a menacé de demander une injonction que le DOH a enfin remis ces archives à Food & Water Watch.

Entre le 30 mars, 2011 et le 6 avril, 2015, le DOH a enregistré 87 plaintes déposées par des habitants inquiets , des professionnels de la santé, des législateurs de l’état et des agences pour le compte des habitants de la Pennsylvanie. Les problèmes de santé le plus souvent évoqués par les habitants étaient des problèmes respiratoires, l’asthme, des irritations du nez et de la gorge, suivies par des odeurs nauséabondes, des problèmes de peau, des problèmes abdominaux et la pollution sonore. Des habitants se sont plaints aussi de cancers et d’importantes chutes de cheveux. Des médecins ont même téléphoné parce qu’ils « voyaient un nombre inhabituel de lésions/éruptions cutanées chez les habitants. »

Les problèmes de santé de ce type concordent avec des études scientifiques sur les effets sanitaires potentiels du fracking. Des produits chimiques utilisés dans le fracking impactent la peau, les yeux, les systèmes respiratoire, immunitaire, endocrinien et cardiovasculaire et peuvent causer des cancers.

Nous nous sommes battus pendant presqu’une année contre de multiples services administratifs pour obtenir ces documents. Aujourd’hui, nous savons pourquoi. Il faut documenter et mettre en question la négligence manifeste du DOH qui n’a pas réagi devant les problèmes de santé graves des gens que le département a la responsabilité de protéger. Nous continuerons à utiliser les outils autorisés par la loi et des enquêtes de travailleurs sociaux sur le terrain pour découvrir les preuves et pour demander que la responsabilité de chacun soit établie.

Le Gouverneur Wolf doit absolument briser le cycle d’abus de l’industrie du gaz et du pétrole en mettant immédiatement fin à tout nouveau projet de fracking dans cet état.

Traduction : Maureen Johnson

Lire l’article de Wenonah Hauter sur Ecowatch

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes