Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique et écologique.

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > Le gaz de houille bientôt exploité en France ?

Le gaz de houille bientôt exploité en France ?

vendredi 10 juillet 2015

LE GAZ DE HOUILLE BIENTÔT EXPLOITÉ EN FRANCE ?

Article de Ludovic Dupin sur Usine Nouvelle

European Gas Limited change de nom pour devenir la Française de l’Energie. Son ambition est d’exploiter le gaz de houille en France. La société entend déployer sa première plate-forme industrielle et commerciale en 2017.

Ce mercredi 8 juillet, European Gas Limited (EGL), la société qui veut exploiter le gaz de houille en France, change de nom pour devenir la Française de l’Energie. Un nom symbolique pour montrer qu’EGL a fait fi de ses anciennes racines australiennes à la faveur d’un actionnariat principalement français et d’une implantation locale en Lorraine. Depuis 2009, cette PME a pour ambition d’exploiter le méthane contenu dans les veines de charbon du sous-sol français, à commencer par l’est et le nord de la France. En 2012 et 2013, Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif, vantait cette ressource qui permettrait de fournir 10 ans de consommation de gaz à la France.

Cette prédiction doit encore être affinée. D’ailleurs, la Française de l’Energie devrait recevoir la première certification de réserves prouvées de gaz de houille en Europe à la fin de l’été 2015.

Cela marquera l’aboutissement d’une première phase d’investissements de 40 millions d’euros sur la période 2009-2014, durant laquelle la société a consolidé toutes les données de forages des Charbonnages de France et aussi celles de sociétés anglo-saxonnes qui se sont intéressées à la région dans les années 1980. Cela a permis de réaliser, avec l’aide de l’Institut français du pétrole Energies nouvelles (Ifpen), de précis plans 3D du sous-sol. Dans le même temps, la société a réalisé plusieurs forages exploratoires et de démonstrations technologiques. Le plus important est celui de Tritteling (Moselle) où un forage a été réalisé à 1200 mètres de profondeur puis a suivi horizontalement une veine de charbon sur 4 000 mètres, pour un investissement de 5 à 6 millions d’euros.

Un gaz 5 % moins cher
Une deuxième phase d’investissements de 60 à 100 millions d’euros est en cours sur la période 2015-2017. Elle préparera, d’une part, le développement d’une première plate-forme industrielle pour débuter l’exploitation commerciale du gaz de houille en 2017. D’autre part, la société va réaliser quatre à cinq forages dans le Nord-Pas-de-Calais pour explorer le potentiel des ressources dans les anciennes mines de la région.

Pour Julien Moulin, le président de la Française de l’Energie, ce gaz présente un avantage écologique et économique. Ecologique car il est moins émetteur de CO2 que les gaz importés en France depuis la Norvège, l’Algérie et la Russie (99 % de la consommation française). "Le gaz de houille de Lorraine contient 97 % de méthane et moins de 2 % de CO2", affirme-t-il. Economique, car le gaz n’a pas besoin d’être transporté et les besoins de traitement sont limités en raison de sa qualité. Le président de la PME, qui assure discuter avec d’importants consommateurs industriels de la région, comme Total ou Sovay, envisage de fournir un gaz 5 % moins cher qu’aujourd’hui. L’exploitation sera facilitée dans cette “région dotée d’une forte capacité technologique avec la présence du BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières), des Mines de Nancy et de l’université de Lorraine”, assure Julien Moulin.

Opposition locale
Le dirigeant met aussi en avant l’emploi local : la société entend passer de 15 à 300 salariés en cinq ans. Il juge que cela se traduira par cinq à dix fois plus d’emplois indirects.

Reste quelques obstacles à surmonter. D’une part, le gaz de houille, assimilé en France au gaz de schiste dans la famille des gaz non conventionnels, a soulevé une opposition locale. Ce qui n’a pas empêché le projet d’exploitation en Moselle d’être inscrit dans le pacte Lorraine 2014-2016, signé par la région et l’Etat. Sa réussite y est décrit comme "un évènement significatif en faveur de l’indépendance énergétique française".

D’autre part, tous les permis d’exploration déposés par la société n’ont pas encore été signés par le ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Au delà de la Française de l’Energie, actuellement, le ministère refuse de signer une centaine de demandes en France. Julien Moulin espère cependant obtenir ses permis dans les prochains mois, même s’il se dit "frustré par la vitesse de délivrance de ces autorisations qui peut décourager certains partenaires industriels et financiers".

Lire l’article de Ludovic Dupin sur Usine Nouvelle

Lire l’article du Collectif 7 SGHDS sur les gaz de houille

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes