Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Après 7 années de lutte, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac en 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de recherche de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône, de l’hérault. Toutefois, AILLEURS, d’autres sont encore valides et la lutte continue : En savoir plus

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > Commission ministérielle et commission d’évaluation sur les GdS

Commission ministérielle et commission d’évaluation sur les GdS

vendredi 23 mars 2012

Remise du rapport de la commission interministérielle
sur les gaz et huiles de schiste.

La commission interministérielle sur les gaz et huiles de schiste a rendu public aujourd’hui son rapport sur la question de l’exploitation de cette ressource en France.
En juillet dernier, les autorités hexagonales avaient interdit l’exploration et l’exploitation des mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux par fracturation hydraulique, abrogeant les permis consentis auparavant (le décret d’application date d’octobre).

Le rapport remis aujourd’hui préconise le lancement d’un programme de recherche scientifique, dans un cadre national ou européen, sur les techniques de fracturation hydraulique et leurs impacts environnementaux.

Ce programme devra être strictement encadré, par un comité scientifique national, un suivi permanent et des comités locaux d’information. La mission recommande également que, en l’attente des résultats de ce programme de recherche, la technique la plus contestée, à savoir la fracturation hydraulique, ne soit pas utilisée hormis pour le programme scientifique indiqué ci-dessus.

Elle préconise également une réforme de la fiscalité pétrolière "de sorte que les collectivités locales trouvent un intérêt à une exploitation d’hydrocarbure sur leur territoire", et pense que "dans deux ou trois ans", l’expérience acquise des deux côtés de l’Atlantique "permettra de prendre des décisions rationnelles sur l’opportunité d’une exploitation de gaz et huiles de roche-mère en France".

Consulter le Rapport de la commission interministérielle sur les gaz et huiles de schiste sur le site du "Développement Durable" (PDF 9Mo)

Consulter le Décret n° 2012-385 du 21 mars 2012 relatif à la Commission nationale d’orientation, de suivi et d’évaluation des techniques d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures liquides et gazeux sur le site Légifrance


Communiqué de presse du Collectif 07 (PDF 125Ko)

Communiqué de presse de Amis de la Terre, France Libertés, ATTAC, AITEC, RAC, Greenpeace, Helio, CRID, WECF, Réseau Sortir du Nucléaire

CE QU’ILS EN DISENT :

Collectif Stop Gaz de schiste Rhône-Alpes Nord

Association No Fracking France

REVUE DE PRESSE SUR LE SUJET

Le Dauphiné

Le Monde

Les Echos

Le Figaro - Bourse

France Soir