Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Après 7 années de lutte, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac en 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de recherche de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône, de l’hérault. Toutefois, AILLEURS, d’autres sont encore valides et la lutte continue : En savoir plus

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > IPBES : biodiversité menacée

IPBES : biodiversité menacée

mercredi 1er mai 2019

ALERTE BIODIVERSITÉ : LE VIVANT S’EFFONDRE

Du lundi 29 avril au lundi 6 mai, dans les bâtiments de l’Unesco à Paris, se tient la septième assemblée plénière de l’IPBES. Ce « Giec de la biodiversité » publiera un rapport inédit sur l’état de la biodiversité mondiale : il confirme la disparition rapide d’un grand nombre d’espèces et souligne en creux la responsabilité du modèle de développement actuel. Les États sont appelés à agir.

Depuis quarante ans, 60 % des populations de vertébrés ont disparu. Poissons, mammifères, reptiles, amphibiens « n’ont jamais décliné à un rythme si rapide, qui est aujourd’hui cent à mille fois supérieur que celui calculé au cours des temps géologiques », s’alarmait l’an dernier le WWF. Mais il ne fait pas bon avoir six pattes non plus : d’après une étude publiée début 2019, les insectes pourraient disparaître d’ici un siècle. Où que l’on regarde, les signaux sont au rouge. La biodiversité — qui recouvre la diversité des écosystèmes, des espèces animales ou végétales et des gènes — est si menacée que l’on parle désormais d’une possible sixième extinction de masse.

« Il existe aujourd’hui un consensus scientifique sur le fait que nous vivons une crise générale de la biodiversité et un effondrement universel, rapide et qui s’accélère », affirme Yann Laurans, directeur du programme biodiversité de l’Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri). Un consensus alarmiste qui ressort du rapport sur « l’état de la biodiversité mondiale », à paraître lundi 6 mai. Pendant trois ans, près de 500 chercheurs réunis au sein de l’IPBES — acronyme désignant la « plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques » — ont compilé, analysé et synthétisé l’ensemble des connaissances sur le sujet. Le fruit de leur travail, c’est donc cette étude « historique », selon M. Laurans, comparable au dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) pour le climat.

Peu d’éléments ont fuité de ce rapport — qui estimerait qu’entre 500.000 et 1 million d’espèces pourraient disparaître dans les prochaines décennies — car le travail des scientifiques doit d’abord être passé au crible des 130 États représentés.

- À cette occasion, « les gouvernements vont critiquer et commenter certains résultats, certains chiffres »,

- À l’issue de ces discussions, un « résumé des décideurs » sera adopté, qui servira de guide pour les politiques.

- « Si la fondation de la cathédrale du vivant s’effondre, tout le monde dégringolera »

- « Il faut donc construire un consensus politique sur l’urgence d’agir, et alerter les opinions sur l’état de la biodiversité »

- Malgré la catastrophe annoncée, malgré les alertes multiples, les décisions peinent à venir. Comme un signe de mauvais augure, ni le président de la République ni le Premier ministre ne seront présents ce lundi pour l’inauguration de la session de l’IPBES à l’Unesco.

- Autre sujet possible de débat : la reconnaissance des savoirs et des pratiques des peuples autochtones ... gardiens de 80 % de la biodiversité de la planète.

Lire l’article de Lorène Lavocat sur Reporterre)

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
contact@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes