Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Après 7 années de lutte, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac en 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de recherche de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône, de l’hérault. Toutefois, AILLEURS, d’autres sont encore valides et la lutte continue : En savoir plus

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > L’Union de l’énergie tend la main à des régimes autoritaires

L’Union de l’énergie tend la main à des régimes autoritaires

lundi 30 mars 2015

L’UNION DE L’ÉNERGIE TEND LA MAIN À DES RÉGIMES AUTORITAIRES

EXCLUSIF : Le projet d’Union de l’énergie prévoit que l’UE transforme des dictatures et autres régimes discutables en partenaires commerciaux majeurs. Ce qui risque d’affecter la qualité des importations d’énergie, selon certaines associations.

La Turquie, l’Algérie, le Turkménistan, l’Azerbaïdjan et « d’autres fournisseurs potentiels du Moyen-Orient et d’Afrique », sont cités dans le communiqué de la Commission sur l’Union de l’énergie du 25 février. Selon les informations d’EurActiv, la Commission, qui s’efforce de réduire sa dépendance vis-à-vis du gaz russe, pense également à l’Iran et à l’Irak pour une coopération à plus long terme.

Cette idée a cependant été tournée en dérision par certains détracteurs, vu l’instabilité de la situation dans nombre de ces pays, où agissent des groupes terroristes, comme Daech, et où des guerres sévissent, comme en Irak et en Libye par exemple.

- Ukraine
- Des fournisseurs potentiels vraiment stables ?
- Rapport sur les droits de l’Homme
- Russie
- Turquie
- Azerbaïdjan
- Algérie
- Turkménistan

Lire la suite de l’article sur EurActiv