Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > Environnement : le reflux de l’Europe ?

Environnement : le reflux de l’Europe ?

jeudi 27 mars 2014

ENVIRONNEMENT : LE REFLUX DE L’EUROPE ?

Arnaud Gossement, avocat spécialiste du droit de l’environnement, dénonce l’approche « à la carte » des problèmes environnementaux que privilégient certains États au détriment de l’approche européenne. Cette nationalisation des décisions apparait clairement dans le dossier des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Le droit de l’environnement, tel qu’il s’applique en France, est pour l’essentiel constitué de normes européennes ou issues de normes européennes. Plusieurs grandes directives communautaires « déchets », « oiseaux » ou « habitats » ont permis une élévation considérable du niveau d’exigence écologique dans les États membres. Le droit de l’Union européenne a donc été un facteur décisif de progrès des droits nationaux en cette matière. Aucun étudiant en droit, aucun juriste ne peut ignorer l’apport de la construction européenne au droit de l’environnement.

Pourtant, le droit de l’environnement pourrait être le théâtre et la victime d’un déclin de l’idée européenne. Plusieurs signaux laissent craindre un reflux de l’Europe et de son droit de l’environnement dans son organisation actuelle, tout au moins en France.

Il semble en effet que les États, dont le nôtre, privilégient de nouveau une approche nationale des problèmes environnementaux. L’approche européenne a-t-elle vécu ? Le dossier des organismes génétiquement modifiés (OGM) peut le laisser craindre.

Le processus de révision de la directive 2001/18 sur la dissémination volontaire des OGM dans l’environnement, engagé en 2008 pourrait aboutir à une « Europe à la carte » : chaque État, pourrait, selon des scénarios différents, interdire ou non, en tout ou partie, la culture de plants génétiquement modifiés sur son territoire.

Pourtant, les phénomènes de dissémination n’ont sans doute pas de frontière. Sans attendre, les parlementaires français s’apprêtent à voter une loi d’interdiction de la culture du maïs transgénique, au motif précis de la carence de l’Union européenne, laquelle justifie alors une « reprise en main » du dossier au plan national.

Autre exemple : les hydrocarbures non conventionnels. Si la controverse sur les gaz de schiste existe, sous des formes diverses, dans de nombreux États, ces derniers conservent jalousement leurs droits et codes miniers et la Commission européenne n’a pu accoucher que de quelques recommandations vite oubliées sur le sujet.

Même difficulté pour la protection des sols. Le sol constitue à n’en pas douter un élément central de notre éco système. C’est pourtant en vain que la Commission européenne a tenté pendant une décennie de faire adopter une directive-cadre sur les sols. Les États préférant ici aussi une approche nationale, notamment de la gestion des sols pollués.

L’Europe de l’énergie ? Tout le monde l’appelle bien sûr de ses vœux. Mais beaucoup de monde lutte aussi contre des objectifs nationaux de développement des énergies renouvelables au profit d’un vague objectif européen non contraignant et que personne ne retiendra.

L’Europe de l’énergie demeure malheureusement un vœu pieux. L’Europe de la lutte contre le dérèglement climatique tout autant. L’organisation des conférences des parties à la convention internationale sur le climat demeure la chasse gardée des diplomaties nationales et la voix de l’Europe peine grandement à se faire entendre. Personne ne fait grand cas d’une éventuelle position commune de l’Union européenne pour le prochain sommet mondial du climat qui doit se tenir à Paris en 2015.

Lire la suite de l’article sur EurActiv.fr

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes