Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique et écologique.

Accueil > Les collectifs français et européens > Le Royaume-Uni propose le « Fracking » pour la moitié de la Grande-Bretagne

Le Royaume-Uni propose le « Fracking » pour la moitié de la Grande-Bretagne

mercredi 15 janvier 2014

LE ROYAUME-UNI PROPOSE LE « FRACKING » POUR LA MOITIÉ DE LA GRANDE-BRETAGNE

Le Royaume-Uni propose le « Fracking » pour la moitié de la Grande-Bretagne
UK Proposes to Frack One-Half of Great Britain

L’article original de Frederick Reese sur Ecowatch.com du 13 janvier 2014
Traduction assurée par Max du collectif Basta ! Gaz Alès

Etant donné que l’expansion rapide de la fracturation aux États-Unis a conduit à un nombre grandissant de partisans préoccupés par les répercussions de cette activité potentielle sur la santé et l’environnement, il se dit que l’Union européenne (UE) prend des mesures importantes envers la prévention de la fracturation hydraulique en Europe.

Cependant, dans une conversation avec le Premier ministre polonais, Donald Tusk, le Premier ministre britannique David Cameron a confirmé qu’il fera en sorte que la fracturation hydraulique arrive en Europe.

Cette reconnaissance intervient à un moment où l’UE est en train d’instituer un renforcement de son système d’échange carbone. L’UE a récemment contribué à retarder la vente de 900 millions de quotas de carbone, ce qui est susceptible d’augmenter les prix des quotas de carbone de 10 à 15 pour cent.

Les commentaires de Cameron tentent d’influencer l’UE de décider de ne pas réglementer la fracturation hydraulique sur le continent européen. La Commission européenne, basée à Bruxelles, se prépare déjà à introduire de nouvelles réglementations contrôlant l’impact environnemental qu’un forage peut avoir. Porté par la France, qui a interdit la fracturation à l’intérieur de ses frontières depuis 2011, les préoccupations de contamination aux bassins versants partagés du continent et la possibilité de séismes induits, ont forcé les commissaires à prendre au sérieux cette technologie relativement nouvelle et dangereuse.

Toutefois, le lobbying du Royaume-Uni et des diverses sociétés de fracturation ont convaincu le président de l’UE José Manuel Barroso que l’approche de l’inertie est la meilleure.

« J’étais juste très inquiet que si nous sommes déjà en retard sur la fracturation hydraulique et le gaz non conventionnel par rapport à l’Amérique, nous aurions encore plus de retard si nous avions des processus plus juridiques pour l’empêcher ", a déclaré Cameron après le réexamen de l’UE . " C’est donc un bon pas en avant. Cela pourrait signifier 70 000 emplois ou plus au Royaume-Uni ainsi que d’aider les consommateurs à réduire leurs factures, mais aussi aider à nous rendre plus compétitifs et nous présenter comme un lieu d’investissement. « Nous devons donner suite à cela et maintenant je peux vous assurer que cette industrie peut vraiment aller de l’avant ", a déclaré Cameron.

Chasing gaz de schiste en Grande-Bretagne

Actuellement, l’extraction du gaz de schiste est réglementée par 17 règlements de l’UE, avec des États membres disposant d’une autonomie sur la façon de faire respecter la législation. Au Royaume-Uni, la hausse des coûts de l’énergie se sont révélés être un problème acariâtre avant les élections générales de 2015. Alors que la hausse des prix de l’énergie a été un sujet de préoccupation, en particulier, à la lumière d’un hiver anormalement froid, les protestations et les cris anti-fracking carbone à partir d’un certain nombre de collectivités ont conduit un certain nombre de députés conservateurs à craindre que leurs sièges puissent être en danger si le fracking devait être approuvé dans le pays.

Selon un rapport commandé par le gouvernement, celui-ci envisage de permettre de forer jusqu’à 2800 puits. Chaque comté anglais à l’exception des Cornouailles - aura un puits et les communautés locales bénéficieront d’au moins $ 164.730 par puits. Le gouvernement estime que ce projet tombe à pic et saura satisfaire un cinquième de la demande de gaz au Royaume-Uni et créer jusqu’à 32 000 emplois.

Parmi les domaines qui ont été offerts aux entreprises de fracturation comme sites potentiels on compte plusieurs parcs nationaux, un grand nombre de « zones de beauté naturelle exceptionnelles », et plusieurs sites jugés « d’importance internationale » pour les écologistes.

Jusqu’à présent, 176 zones de zones d’exploitation ont été attribuées à des entreprises de forage, la plupart du temps autour de Lancashire, Cheshire, Yorkshire et Sussex. Les sites proposés s’étendent du sud de l’Ecosse vers la côte sud de l’Angleterre et représentent environ les deux tiers de l’Angleterre ou la moitié de la Grande-Bretagne.

Les sociétés pétrolières et gazières seront autorisées à appliquer dans un tour de licences pour débuter l’été prochain. Cependant, les entreprises seront tenues d’assurer une série de permis de plans de travail et environnementaux avant forage.

« Nous avons vu l’énorme impact que l’extraction du gaz de schiste aux États-Unis a eu sur l’économie, à la fois sur les factures des ménages et les prix industriels. Il y a eu un fort impact là-bas et il y a le potentiel d’en avoir un ici ", a déclaré Michael Fallon, le ministre britannique de l’énergie. " Il permettra de réduire notre dépendance au gaz naturel liquide. Actuellement, nous importons plus de la moitié de notre gaz et nous sommes confrontés à la perspective d’avoir à importer 70 pour cent de nos besoins en gaz d’ici 2030 si nous ne trouvons pas de gaz de schiste ici

" Trouver du gaz de schiste réduit bien évidemment nos importations et réduit notre dépendance sur les prix de gros du gaz ", a poursuivi Fallon. « Ce tournant sera bon pour l’économie ».

Points de vue différents :

Partout sur le continent, il semble y avoir quelques avis partagés sur la fracturation hydraulique. L’Allemagne, sous Angela Merkel, a élevé les conditions de forage et d’extraction à un tel niveau que la fracturation hydraulique est logistiquement impossible dans le pays.

L’accord de la coalition allemande est clair :
Selon les études disponibles sur la pertinence de l’environnement, la technologie de fracturation hydraulique dans sa production non conventionnelle, en particulier de gaz naturel en gaz de schiste est une technologie d’énormes à risques potentiels. Les effets sur l’homme, la nature et l’environnement ne sont scientifiquement pas encore suffisamment clarifiés. L’eau potable et la santé ont la priorité absolue pour nous. Nous rejetons l’usage de substances toxiques pour l’environnement dans l’application de la technologie de la fracturation hydraulique pour l’exploration et l’extraction de gisements de gaz naturel non classiques.

La Pologne, d’autre part, est agressive puisque ses réserves pourraient être les plus grandes sur le continent. Cela pose une multitude de problèmes : la Pologne est l’un des pays les plus densément peuplés d’Europe avec une grande activité agricole. L’approvisionnement en eau de la nation était déjà sous pression avant la fracturation. Les questions sur l’utilisation massive d’eau de forage ont soulevé des inquiétudes montrant que la Pologne serait plongée dans des situations de sécheresse ou que les fuites de fluides de fracturation pourraient empoisonner rapidement la population.

Toutefois, la perspective de voir le gaz polonais soulager la dépendance de l’UE vis à vis du gaz russe a convaincu la nation d’Europe orientale d’avancer malgré les risques. La Russie fournit actuellement l’UE avec 25 pour cent de son gaz naturel.

Californie et "Safe Fracking"

Alors que l’Europe adopte le modèle de fracturation américain, les États-Unis sont en train de faire face aux conséquences à long terme de la technologie. Après une série de rapports Associated Press mettant en évidence des déchargements de produits chimiques de fracturation dans l’océan par les compagnies pétrolières et gazières en mer de Californie du Sud, l’Agence de Protection Environnementale (US Environmental Protection Agency- EPA) a introduit de nouvelles règles obligeant ainsi les opérateurs à déclarer tous les rejets de produits chimiques dans les cours d’eau.

Les rapports ont constaté que les produits chimiques ont bien été rejetés sans une analyse de l’impact environnemental, sans divulgation publique et avec peu ou pas de contrôle. Les règles de l’Etat ont décidé que les compagnies pétrolières Californiennes doivent tester les eaux souterraines et alerter les propriétaires fonciers locaux avant le démarrage de toute activité de fracturation ou stimulation de puits. En outre, les entreprises doivent divulguer tous les produits chimiques utilisés lors de la fracturation et obtenir un permis avant les opérations de fracturation.

Pour beaucoup, l’idée est que les sociétés pétrolières et gazières cachent ce qu’elles font sans se poser la question de savoir si les opérations de fracking sont vraiment sécurisées.

« La règle veut que l’EPA fournira des informations sur les produits chimiques de fracturation toxiques déversés dans nos océans, mais l’Agence s’appuie sur l’honnêteté et la transparence des déclarations des compagnies pétrolières », a déclaré Miyoko Sakashita, avocat principal au Centre pour la diversité biologique. Ces règlements devraient entrer en vigueur en 2015.

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes