Le collectif 07 STOP AU GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité. Il s’oppose à l’aberration économique, sanitaire, environnementale et climatique aux conséquences désastreuses que constituent ces projets pour les départements impactés. Il promeut une transition énergétique, écologique et solidaire.

Après 7 années de lutte, du rassemblement de Villeneuve de Berg 2011 au rassemblement de Barjac en 2016 jusqu’à la loi Hulot 2017, sont enfin abrogés, annulés ou rejetés tous les permis de recherche de l’Ardèche, du Gard, de la Drôme, de l’Isère, de Savoie, du Vaucluse, du Var, des Bouches du Rhône, de l’hérault. Toutefois, AILLEURS, d’autres sont encore valides et la lutte continue : En savoir plus

Accueil > Elsewhere in Europe, around the world > Le retour du gaz de schiste au Royaume Uni ?

Le retour du gaz de schiste au Royaume Uni ?

dimanche 7 octobre 2018

ROYAUME UNI : LE RETOUR DU GAZ DE SCHISTE ?

Les foreurs sont de retour : mais y aura-t-il un boom britannique du gaz de schiste ?

Cette semaine devrait voir le retour de la fracturation hydraulique au Royaume-Uni, alors que la société de gaz de schiste Cuadrilla se prépare à commencer l’exploitation d’un puits dans le Lancashire, à condition qu’elle puisse faire face à une contestation judiciaire de dernière minute.

Ce sera le premier puits horizontal de schiste à être fracturé au Royaume-Uni. Les foreuses ont pénétré à une profondeur de deux kilomètres et plus tard cette semaine, Cuadrilla pompera de l’eau, du sable et des produits chimiques à haute pression pour fracturer la roche et libérer le gaz.

Ce sera la première fois depuis 2011 que la fracturation a lieu au Royaume-Uni. Ce n’est pas un puits commercial, et le gaz sera brûlé plutôt que capturé. Mais pourrait-il marquer le début d’un nouveau boom des énergies fossiles au Royaume-Uni ?

Qui sont les frackers britanniques ?

- Cuadrilla est à la pointe de l’exploration, avec plusieurs sites dans le Lancashire.
- Ineos, un géant privé dans le secteur de la pétrochimie aux poches profondes, est la plus grande entreprise de fracturation britannique mais reste plus en retrait par rapport à Cuadrilla en raison de la planification de batailles.
- iGas développe quatre sites dans le Cheshire et le Nottinghamshire, dont certains sont également détenus par Ineos.

À ce jour, Cuadrilla est la seule société à avoir demandé et obtenu une autorisation pour la fracturation.

Est-ce commercialement viable ?

Les chiffres de l’industrie montrent que tout ce qui ressemble à une production commerciale a plusieurs années de retard.

Ken Cronin, directeur de l’organisme industriel britannique Onko Oil and Gas (Ukoog), a déclaré : « J’ai déjà dit que j’aimerais voir le premier site de production commerciale d’ici 2020. Je pense que c’est toujours possible. » Ce serait incroyablement rapide. pour un secteur qui a été prometteur depuis des années, mais qui a connu des retards. L’ancien président de Cuadrilla, Lord Browne, a déjà déclaré qu’il faudrait jusqu’à cinq ans et 20 à 40 puits pour déterminer si le Royaume-Uni dispose d’une industrie du schiste viable.

Cronin n’est pas fixé sur le nombre de puits qui seraient fracturés d’ici la fin de l’année. Mais il est probable que le total puisse être compté sur les doits d’une main, compte tenu de la rapidité avec laquelle les entreprises progressent. Cuadrilla a l’autorisation de planification pour forer deux autres puits à Preston New Road ; elle aurait donc théoriquement pu fracturer quatre puits d’ici la fin de 2019. Il reste à déterminer si d’autres personnes pourraient forer et obtenir l’autorisation de fracturer.

La fracturation est-elle une « nouvelle mer du Nord » ?

La plupart des experts estiment qu’il est improbable qu’une industrie du schiste dans le nord de l’Angleterre et dans les Midlands corresponde à celle des gisements de la mer du Nord, qui fournissent encore environ la moitié de la production de gaz du pays malgré les baisses enregistrées ces dernières années.

Le British Geological Survey estime que le schiste de Bowland, une formation qui traverse la majeure partie du nord et du centre de l’Angleterre, contient plus de 3700 milliards de mètres cubes de gaz. Aujourd’hui, le Royaume-Uni consomme environ 85 milliards de mètres cubes par an, ce qui laisse à penser que le gaz de schiste pourrait répondre aux besoins du pays pendant des décennies.

Mais - et c’est un énorme mais - personne ne sait quelle quantité de gaz à extraire aura un sens économique. Jusqu’à ce qu’un certain nombre de puits aient été testés pour voir la vitesse de sortie du gaz, comme le prévoit Cuadrilla, la contribution potentielle de la fracturation hydraulique à la sécurité énergétique du Royaume-Uni reste inconnue.

Quelle est la position du public ?

De manière controversée, le gouvernement a temporairement cessé de demander au public ce qu’il pensait de la fracturation, juste au moment où elle est sur le point de commencer. Le dernier sondage officiel a révélé que 32% étaient opposés, 18% favorables, le reste n’étant ni pour ni contre, ou disant qu’ils ne savaient pas. Le nombre d’opposants à l’extraction de gaz de schiste est supérieur à ceux en faveur depuis 2015.

Est-ce que cette économie fonctionne ?

C’est la question clé. L’industrie doit non seulement prouver qu’elle peut produire du gaz de schiste en toute sécurité et sans dommage pour l’environnement local ; Elle doit montrer qu’elle peut le faire à un prix compétitif. « À terme, nous devrons faire concurrence au gazoduc et au gaz naturel liquéfié [GNL] », a déclaré Cronin.

La vérité est que, comme aucune fracturation exploratoire n’a eu lieu depuis sept ans, personne ne sait vraiment si elle peut rivaliser.

Des pays tels que les États-Unis et le Qatar augmentent leurs exportations de GNL, qui transitent par d’énormes navires-citernes, et pourraient théoriquement combler le déficit de production de la mer du Nord.

Lire l’article dans sa totalité et en anglais sur The Guardian

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes