Le collectif 07 STOP AUX GAZ DE SCHISTE affirme son refus de l’exploration et de l’exploitation des hydrocarbures de roche-mère et autres hydrocarbures dits non-conventionnels (gaz et pétrole de schiste, huiles lourdes, gaz de réservoir compact, gaz de couche, sables bitumineux ...) et de tous hydrocarbures dont l’extraction nécessite l’utilisation de techniques, quel que soit leur nom, nécessitant de fracturer, stimuler, acidifier ou encore de fissurer la roche et ayant pour conséquence de porter atteinte à son intégrité.

Accueil > Articles divers : gaz et huile de schiste > Gaz de schiste : « Le gouvernement ne doit pas céder aux sirènes des (...)

Gaz de schiste : « Le gouvernement ne doit pas céder aux sirènes des compagnies »

samedi 9 janvier 2016

GAZ DE SCHISTE : « LE GOUVERNEMENT NE DOIT PAS CÉDER AUX SIRÈNES DES COMPAGNIES »

L’eurodéputé EE-LV José Bové demande à l’exécutif de réaffirmer son opposition au gaz de schiste, alors que le rapporteur public du tribunal administratif de Cergy-Pontoise a donné raison, vendredi, à Total, en demandant l’annulation de l’abrogation de son permis de recherche de Montélimar.

Extraits de l’article de Coralie Schaub dans Libération

Nouveau rebondissement dans le dossier explosif du gaz de schiste. Beaucoup le croyaient définitivement fermé depuis la loi de juillet 2011 qui a interdit la fracturation hydraulique – technique jugée dangereuse et polluante – et abrogé les permis de recherche y ayant recours. Mais, vendredi matin, surprise : le rapporteur public du tribunal administratif de Cergy-Pontoise (Val-d’Oise) a donné raison à Total, en validant le recours déposé par le géant pétrolier français contre l’abrogation fin 2011 de son permis de Montélimar (qui couvrait plus de 4 000 km2 dans la Drôme, l’Ardèche, le Gard, le Vaucluse et l’Hérault).

Contacté par Libération, l’eurodéputé EE-LV José Bové, qui avait mené la fronde anti-gaz de schiste début 2011, s’insurge contre cet avis jugé « invraisemblable ». Et, en attendant le délibéré de l’affaire à la fin du mois, il demande au gouvernement de réaffirmer son opposition aux gaz et pétrole de schiste.

Comment réagissez-vous à cet avis favorable à Total ?
Il est assez incompréhensible. Il y a une dizaine de jours, le même tribunal administratif de Cergy a rejeté une requête similaire de la société américaine Schuepbach, titulaire des permis de gaz de schiste de Nant et de Villeneuve-de-Berg. Le tribunal nous a donné raison et a définitivement abrogé les permis de cette compagnie.

Mais pour Total, on peut s’attendre à une décision radicalement différente puisque, ce matin, le rapporteur a préconisé l’annulation de la décision d’abrogation. Pourquoi ? Parce que, contrairement à Schuepbach, qui a dit clairement qu’il utiliserait la fracturation hydraulique dans le document précisant les techniques employées ou envisagées dans le périmètre de son permis de recherche, Total a dit qu’il n’utiliserait pas la fracturation mais des « techniques qui seront alors disponibles ». Le rapporteur a donc considéré qu’il n’y avait pas de raison de lui retirer son permis. C’est invraisemblable ! Car tout le monde sait qu’il n’existe pas d’autre technique disponible que la fracturation pour accéder aux hydrocarbures de schiste piégés dans la roche.

Il y a pourtant des recherches de solutions alternatives...
Oui, mais elles ne sont toujours pas au point. En Algérie ou en Grande-Bretagne, Total utilise la fracturation hydraulique...

Que comptez-vous faire ?
Nous attendons que le jugement soit rendu à la fin du mois. Mais si l’avis du rapporteur est suivi par le tribunal, une nouvelle brèche sera ouverte en France pour les entreprises qui veulent exploiter le gaz et le pétrole de schiste...

Et si c’était le cas, que se passerait-il ?
Total aurait tout de même un problème de droit. Car le permis de Montélimar a été a délivré en mars 2010 pour cinq ans. Il n’est donc plus valable.

Article de Coralie Schaub dans Libération

 

 

 

Soutenir le Collectif 07

Chèque - PayPal ( CB et PayPal )
Dons ouvrant droit à réduction d’impôts

 

CONTACTS


Collectif 07 Stop au Gaz de Schiste
39, rue Jean-Louis Soulavie
07110 Largentière

La permanence
Tel. 04 75 36 72 83
contact@stopaugazdeschiste07.org

Le comité de veille (VIA)
Tel. 06 23 66 15 51
via07@stopaugazdeschiste07.org

Les réseaux sociaux
Rejoignez-nous sur Facebook
Rejoignez-nous sur Twitter

La newsletter mensuelle
Inscription - désinscription :
contact@stopaugazdeschiste07.org

 

Avec le soutien de la région Rhône-Alpes
Logo région rhône-Alpes